26 janvier 2022

« PARRATHON », LES PHOTOS DE MARTIN PARR, AU « HANGAR-PHOTO ART CENTER », À IXELLES, JUSQU’AU 18 DÉCEMBRE

« PARRATHON », LES PHOTOS DE MARTIN PARR, AU « HANGAR-PHOTO ART CENTER », À IXELLES, JUSQU’AU 18 DÉCEMBRE

« PARRATHON », LES PHOTOS DE MARTIN PARR, AU « HANGAR-PHOTO ART CENTER », À IXELLES, JUSQU’AU 18 DÉCEMBRE

Autoportrait, Benidorm, Spain, 1997 © Martin Parr/Magnum PhotosAutoportrait, Benidorm, Espagne/1997 © Martin Parr/« Magnum Photos »

Présentée une première fois en Bretagne, par le« FRAC » (« Fonds Régional d’Art Contemporain ») , nous ne disposons plus que de quelques jours pour découvrir – sur trois étages, dans les salles du « Hangar-Photo Art Center »à Ixellles – « Parrathon », une superbe exposition des travaux du réputé photographe britannique Martin Parr (°1952/Epsom), toujours actif à Bristol.

En introduction à notre visite, nous lisons ce qu’il écrit : « Mon but est de capter, de comprendre, d’interpréter, par la photographie, les évolutions du monde contemporain. »

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

Ayant poursuivi, de 1970 à 1973, des études de photographie à la « Manchester Polytechnic University »Martin Parr rejoint, en 1994, l’« Agence Magnum », dont il devient le président, de 2013 à 2017, ayant été, en 2004, le directeur artistique des  « Rencontres d’Arles ».

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

De 2004 à 2012, il enseigne la photographie à l’ « University of Wales »à Newport, de même qu’en 2013, à l’« University of Ulster »en Irlande du Nord, remportant, en 2006, le « Prix Salomon », pour son exposition « Assorted Cocktail », présentée à la « Photokina »à Cologne.

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

Curateur, en 2010, de la biennale « Brighton Photo »au Royaume-Uni, il exerçait la même fonction, en 2008, pour l’exposition  « New Typologies », au « New York Photo Festival », remportant, la même année, le « Prix Baume et Mercier »,  à  « Photo Espana »à Madrid, pour sa carrière et sa contribution à la photographie, motifs pour lesquels, il reçoit, également, en 2017, le « Sony World Photography Award », à Londres, année pendant laquelle il crée, à Bristol, la« Martin Parr Foundation ».

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

Au « Hangar-Photo Art Center », où plus de 400 de ses photographies, réparties en 15 séries, nous sont présentées, l’exposition débute par une série de clichés témoignant de ses 40 années de reportages et voyages à travers le monde, faisant face à une autre séried’autoportraits, cette fois, réalisés dans différentes villes, son habitude étant de toujours se photographier partout où il se rend.

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

D’autres séries nous montrent les Britanniques, tels qu’ils sont, d’une part, avec, d’une part,« Establishment« , au sein de la haute société, ou « Luxury », parmi les nouveaux riches « bling bling« , et d’autres part au niveau des classes sociales moins favorisées.

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

En noir et blanc, nous retrouvons des images propres au climat pluvieux des îles britanniques, alors que dans des couleurs vives, une série nous dévoilent d’étonnants gros plans sur de la nourriture.

Concernant ses photos prises sous la pluieMartin Parr écrit : « D’habitude l’on vous dit de ne photographier que quand la lumière est bonne et le temps ensoleillé. J’aimais cette idée de ne photographier que par mauvais temps, comme une manière de subvertir des règles traditionnelles. »

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

Au 1er étage, parmi d’autres, nous voyageons d’une série« Borred Couples », aux couples songeursà une série colorée, consacrée au Mexique, avec ses images kitch, en rapport avec la religion catholique, de la Vierge aux squelettes de la « fête des morts », en passant par les flacons d’épices …

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

« Parrathon » © Martin Parr/ »Magnum Photos »« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

Un étage plus haut, les photos de Martin Parr nous emmènent dans différentes ambiances de dansesdu thé dansantpour seniorsà des soirées métal rockrelativement dénudéesvoire à tendance fétichiste, avec chaînescuirlatex, …, ainsi que sur … Knokke-le-Zoute, à l’aspect « snob » bien connu, en 2000-2001, il avait ouvert sa Galerie d’Art …

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

Que ce soit sur la Côte belge ou ailleurs, cet artiste a toujours pu réaliser des clichés réalistessouvent assez drôlesdes  autochtonesqu’elles que soient leurs classes sociales …

Fort de son humour typiquement britannique, il écrit : « Souvenez-vous, je fais des images sérieuses, mais divertissantes. Cela fait partie de mon mantra. »

A ceux qui pourraient interpréter ses photos comme indiscrètes (?), il rétorque : « Regarder les autres n’est-il pas une de nos principales préoccupations, lorsque, assis à une terrasse ou affalé sur une serviette de plage, nous laissons notre esprit vagabondé… Je suis un photographe bien plus humaniste que vous ne pouvez le penser. »

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

N’hésitons donc pas, en cette époque assez triste, de nous rendre sur la Place du Châtelain, afin de nous amuser, en toute sécurité sanitaire, à la découverte des forts beaux clichés réalisés avec un regard espiègle et ironique – certains décorant des  transatlantiques, nous offrant un air de vacances à la mer, à l’intérieur, au sein de l’une des communes de notre capitale fédérale -, que ce photographe porte sur ses contemporains, la présente exposition étant la première rétrospective belge de son importante oeuvre photographique.

« Parrathon » © Martin Parr/ »Magnum Photos »

Ouverture du « Hangar-Photo Art Center » jusqu’au samedi 18 décembre, de ce mardi 14 au samedi 18, de 12h à 18h (fermeture de l’accueil à 17h). Prix d’entrée (réservations obligatoires pour les visites du samedi 18) : 7€ (5€, pour les moins de 25 ans, les demandeurs d’emploi et à partir de 65 ans / 0€, pour les moins de 13 ans et les membres du « Hangar » ). Prix d’une carte de membre du « Hangar » : 25€ (valable un an, offrant la gratuité à l’entrée de toutes les expositions et 10% de réduction pour tout achat). Obligations sanitaires : port d’un masque buccal, ainsi que présentation de son« CST » (« Covid Safe Ticket ») et d’une pièce d’identité. Contacts : contact@hangar.art & 02/538.00.85. Site web http://www.hangar.art.

« Parrathon » © Martin Parr/« Magnum Photos »

Pour suivre, nous avons rendez-vous au « Hangar-Photo Art Center »du vendredi 21 janvier jusqu’au samedi 26 mars 2022, pour découvrir la principale exposition de la 6è édition du « Photo Brussels Festival », intitulée « In the Shadow of Trees » (« A l’Ombre des Arbres »), nous présentant une vingtaine de projets photographiques d’artistes internationaux.

100Hectares_Next_Possible_Victims_2018.jpg« In the Shadow of Trees » (« A l’Ombre des Arbres ») © « Hangar-Photo Art Center »

Cette exposition a pour objectif de nous alerter sur la place cruciale qu’ont les arbres dans la vie et la survie de l’humanité, … n’en déplaise à Jair Messias Bolsonaroprésident du Brésildestructeur de la forêt amazonienne. Elle appelle à faire prendre conscience que chaque individu, sur cette planète, vit, en quelque sorte, à l’ombre des arbres …

Yves Calbert.