13 avril 2021

DEUX COURTS-MÉTRAGES DE LA « FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES » AUX « CÉSAR », EN 2021

DEUX COURTS-MÉTRAGES DE LA « FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES » AUX « CÉSAR », EN 2021

Sur les 24 court-métrages présélectionnés pour les 46è « César », le 26 février 2021deux films de la « Fédération Wallonie-Bruxelles » ont été retenus :

media

***Matriochkas (Bérangère Mc Neese/Bel./2019/24’/film lauréat, en 2020, du « Grand Prix » au « Palm Springs International Short Fest » et du« Grand-Prix de la meilleure Réalisation » au « Festival international de Rhode Island », ainsi que, en 2019 : de trois Prix , au« Brussels Short Film Festival », ceux« de la Fédération Wallonie-Bruxelles » ,« de la Trois »  et« de l’Interprétation féminine » {Héloïse Volle}, sans oublier, pour cette même actrice, le« Prix de l’Interprétation féminine » au« Festival Paris Court Devant »).

« Matriochkas » © Bérangère Mc Neese/« Uni France »

Synopsis : « Anna (Héloïse Volle), seize ans, vit avec Rebecca (Victoire du Bois), sa jeune mère, et au rythme des conquêtes de celle-ci. C’est la fin de l’été, celui où Anna a commencé à découvrir sa propre sensualité. Quand Anna apprend qu’elle est enceinte, sa mère se voit en elle, au même âge. Anna se retrouve confrontée à un choix, et si ce choix implique peut-être de rompre avec Rebecca, Anna trouvera un soutien là où elle ne s’y attendait pas… »

« Matriochkas » © Bérangère Mc Neese/« Uni France »

Critique de « Cinergie.be » : « Ce film évoque avec justesse une problématique typique de notre époque marquée par une infantilisation généralisée : une mère immature qui élève sa fille pour avoir une amie. Portrait incisif d’une jeune fille laissée à elle-même, tentant de retrouver le droit chemi. « Matriochkas » dévoile le talent de la prometteuse Héloïse Volle, aussi à l’aise dans le rôle d’une ado insolente au fort tempérament que dans celui d’une petite fille qui a bien du mal à dissimuler ses fêlures. »
 
Bérangère Mc Neese, la réalisatrice belgo-américaine de « Matriochkas » © « Uni France »
 

Bérangère Mc Neese Bruxelles/1981), actrice belgo-américaine, dans différents courts et longs-métrages, en est, avec  « Matriochkas », à sa 3è réalisation d’un court-métrage. Ses deux précédents courts sont : « Le Sommeil des Amazones » (Bel./2015/25′) et « Les Corps Purs » (Bel./2016/31′).

Héloïse Volle dans « Matriochkas » © Bérangère Mc Neese/« Uni France »

Héloïse Volle est, indiscutablement, une jeune actrice qui promet, justement récompensée de deux« Prix de l’Interprétation féminine », au « Brussels Short Film Festival » et au« Festival Paris Court Devant ».

« Matriochkas » © Bérangère Mc Neese/« Uni France »

Matriochkas

« Matriochkas » © Bérangère Mc Neese/« Uni France »

*** « Je serai parmi les Amandiers » (Marie Le Floc’h/Bel.-Fra./2019/21’/film lauréat, en 2019, du« Grand-Prix du Court-Métrage du Cinémed de Montpellier Méditerranée Métropole », du« Prix du meilleur Court-Métrage belge »  au« Festival international du Film de Mons », ///en 2020, du« Grand-Prix de l’Asiana International Short Film Festival » à Séoul, du « Diplôme du Jury »  au« Festival de Molodist »  à Kiev, du « Prix SACD du Scénario » au « Festival le Court en dit Long » à Paris« Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma » au « Festival du Court en plein Air » à Grenoble, et du « Prix de l’Interprétation féminine France Télévisions » {Masa Zaher} au« Festival du Court-Métrage de Clermont Ferrand »

Synopsis : « Demain, Maysan, une fileteuse, a un rendez-vous administratif important pour sa famille. Mais Iyad, son mari, a une question qu’elle n’est pas prête à prendre. »

»

« Je serai parmi les Amandiers » © Marie Le Floc’h/« Films Grand Huit »

Mot du Jury du « Festival du Court en plein Air », à Grenoble « Pour l’intelligence de son écriture qui esquisse, en quelques traits d’une grande finesse, des personnages complexes et attachants ; pour son refus de tout expliciter et sa confiance en l’intelligence du spectateur ; pour la force de ses comédiens ainsi que l’élégance sobre et mature de sa mise en scène, le film ‘Je serai parmi les Amandiers’, de Marie Le Floc’h, remporte, à l’unanimité, le ‘Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma’Bravo à toute l’équipe qui a contribué à la réalisation de cette petite pépite ! »

Marie Le Floc’h, la réalisatrice de « Je serai parmi les Amandiers » © « Films Grand Huit »

Marie Le Floc’h, d’origine bretonne, ses parents s’opposant à ses envies cinématographiques, poursuit des études en  Histoire, à La SorbonneL’un de ses voisins parisiens étant chef opérateur, ellle l’accompagne sur des tournages, ce qui l’ammène à se former au Cinéma, à Louvain-la-Neuve, à l’« IAD » (« Institut des Arts de Diffusion »). Comme sa collègueBérangère Mc Neese, elle vient de signer, ici, son 3è court-métrage, après « Elena »  (Bel./2014/16’51) et  « Les Herbes brisent encore » (Bel./2015/17’50).

« Je serai parmi les Amandiers » © Marie Le Floc’h/« Films Grand Huit »

Avant le tournage de « Je serai parmi les Amandiers », elle confia à Emmanuelle Gourvès, pour « Télégramme »  : « J’ai fait des recherches (à Lorient/ndlr), passé des nuits à la criée, embarqué sur un chalutier, travaillé en tant que fileteuse pendant deux mois, (afin de pouvoir) écrire sur ces métiers très durs mais si beaux. Observer ces hommes et ces femmes, ces gestes et ces corps m’a plongé dans un univers qui m’a profondément marquée »

Masa Zaher dans « Je serai parmi les Amandiers » © Marie Le Floc’h/« Films Grand Huit »

Son actrice, Masa Zaherune Syriennediplômée de l’ « Institut d’Art dramatique » de Damas, obtint son visa Schengen, suite à l’intervention personnelle, auprès de l’Ambassade de Francesise à Beyrouth, de la réalisatrice canado-libanaise Katia Jarjoura, en vue du tournage de « Seul le Silence » (Fra./2017/30′).

Point commun entre ces deux courts-métrages belges sélectionnés pour les « César » 2021, ils sont produits par la société de production bruxelloise « Heliotronc »dirigée par Julie Esparbes, une société qui produisit « Le Cri du Homard »  (Nicolas Guiot/Bel.-Fra./2012/30’/film lauréat, en 2013, du « Prix du meilleur Court-Métrage », aux « Magritte » et aux« César »).

Notons enfin que deux coproductions belges ont été retenues dans la catégorie « Meilleur Court-Métrage d’Animation » :

*** « L’Odyssée de Choum «  (Julien Bisaro/Bel.-Fra./2020/25’47/film lauréat, en 2020, du « Prix du Public pour le meilleur Court-Métrage pour Jeune Public » et « Cristal pour une Production TV », au « Festival international du Film d’Animation d’Annexcy », ainsi que de Prix dans différents Festivals, en Allemagneau Canadaen Chine, en Corée du Sud, aux Etat-Unisau Japon, au Portugalau Royaume-Unien Sibérie et en Suisse).

L'Odyssée de Choum : Photo« L’Odyssée de Choum «  © Julien Bisaro/« Les Films du Préau »

*** « Traces »  (Hugo Frassetto & Sophie Tavert Macian/Bel.-Fra./2019/13’10/film lauréat, en 2020, de « Prix SACD du meilleur Film ‘Animation francophone », au« Festival international du Court-Métrage de Clermont Ferrand »). 

« Traces » © Hugo Frassetto & Sophie Tavert Macian/« Les Films du Nord »

Réjouissons-nous de constater qu’en ces temps difficiles que nous vivons actuellement, en plein confinement cinématographique, le cinéma belge continue à se distinguer, notamment au niveau de ses courts-métrages.

Puissent les « César » 2021 en primer l’un d’eux.

 

Yves Calbert.

AFTN Social

Social menu is not set. You need to create menu and assign it to Social Menu on Menu Settings.