26 novembre 2021

CONCERT DE "LOU B.", À NAMUR, CE 12 NOVEMBRE, ET 6È "TEFF" ("THE EXTRAORDINARY FILM FESTIVAL"), JUSQU'AU 14 NOVEMBRE

CONCERT DE “LOU B.”, À NAMUR, CE 12 NOVEMBRE, ET 6È “TEFF” (“THE EXTRAORDINARY FILM FESTIVAL”), JUSQU’AU 14 NOVEMBRE

 

A Namur, ce vendredi 12 novembre, à 20h, dans la grande salle du “Delta”, accompagné par son goupe, nous pourrons applaudir “Lou B.” (Lou Boland/°1998), demi finaliste, en 2021, à « The Voice Belgique ». A souligner que ce jeune chanteur belge de 23 ans, habitant à Watermael-Boitsfort, est né avec le syndrome de Morsier, qui le priva de la vue, mais qui lui offrit un talent musical hors-pair, qui se développa avant-même qu’il ne puisse parler. 
 
Ce concert à ne pas manquer est organisé dans le cadre du 6è “TEFF” (“The Extraordinary Film Festival”), fondé et dirigé par l’énergique et dévoué cinéaste Luc Boland (°1961), la papa de “Lou B.”.
 
Ce même vendredi 12, à 18h30, importante conférence, dans la salle “Tambour” du “Delta”, donnée parle philosophe et écrivain français, d’origine tchèque,Josef Schovanec (°Charenton-le-Pont/1981), militant pour la dignité des autistes, membre du Jury officiel de ce prestigieux “TEFF”, organisé par l’asbl belge “EOP” (“Extra et Ordinary People”).
 

Sous le titre « Handicap et Covid : Manuel de Survie en Période de Confinement », Josef Schovanec nous proposera un stand-up, avec sa franchise et sa logique propre, son sens de l’humour et son regard acéré sur le monde. Ses mots feront à chaque fois mouche et questionneront, assurément, nos regards de « neurotypiques ».

Evoquant, justement, l’autisme, notons la projection, ce vendredi 12, à 11h15, d’une série de courts-métrages en rapport avec ce type d’handicap. 
 
A 14h, projection du long-métrage *** “Gosia & Tomek”, basé sur plus de 3.000 courriels envoyés quotidiennement, depuis son accident, par Gosia, à l’attention de Tomek” (Christine Jezior/Allemagne/documentaire/ 2021/90′).
 
Synopsis : “Qu’arrive-t-il à une relation si un partenaire devient soudainement gravement handicapé après un accident ? Pour Gosia, il est clair qu’elle se tiendra aux côtés de son petit ami Tomek quoi qu’il arrive afin de le laisser vivre aussi normalement que possible. Mais, à maintes reprises, elle prend douloureusement conscience de ses propres limites, ainsi que de celles d’une société qui parle beaucoup d’inclusion mais qui ne semble souvent pas prête pour cela …” 
 
 

Ce samedi 13, reprise de ce même film, à 18h, l’occasion nous étant donné de découvrir 4 autres longs-métrages :

– à 13h15, salle “Médiator” : *** “Au Sommet du Tirriri” (“Na Gorze Tyrryry”/Renata Kijowska/Pologne/documentaire/ 1960/60′)

– à 13h30, Grande Salle : *** “Maricarmen” (Sergio Morkin/Mexique/documentaire/2019/80′). 

– à 16h00, salle “Tambour” : “Auto Harmonia” (Alice Declercq & Pauline Robert/Belgique/documentaire2021/46′).

Notons, à 20h30, dans la Grande Salle, à ne pas manquer, un “seul en scène”, “La Vie en Bègue”, presté, sur la scène de la Grande Salle, par Valentin Reinehr, qui nous confiait : « Mon bégaiement n’est pas un handicap mais une particularité, j’en ai fait une force. Monter sur scène est pour moi une thérapie, mais aussi un moyen d’encourager les personnes considérées comme non valides à réaliser leurs rêves. Tout est possible ! Il suffit juste d’y croire ! Parole de Bègue, tout est possible ! »

Ce dimanche 14 : 2 longs-métrages, dans la salle “Tambour” :

– à 12h45 : *** “How the Titanic became my “Lifeboat” (Bjarney Ludviksdottir/Islande/documentaire/2020/82′).

– à 17h30 : *** “Capitaine Fantastic” (Jean-François Castell/France/docu-fiction/2020/57′).

Sans oublier, à 20h, dans la Grande Salle, le “Gala de Clôture”, avec la remise des Prix, dont ceux du Public, aux lauréats, suivie de la projetion d’une série de courts-métrages.

En outre, à l’issue des différentes séances, dans chaque salle, nous pourrons poser nos questions aux différents réalisateurs et acteurs. Des rencontres à ne pas manquer !

Par ailleurs durant ces deux dernières journées de nombreuses séances de courts-métrages seront organisées, un programme complet étant disponible, gratuitement, à l’accueil du “Delta”, sis en bord de Sambre, à proximité du confluent de la Sambre et de la Meuse.
 
Soulignons que le “TEFF” est, bien sûr, un événement organisé en “accessibilité totale” des lieux aux personnes à mobilité réduite, sous-titrage des films et interprétation en langue des signes des rencontres (pour les sourds et malentendants), casques audio pour personnes malentendantes, audiodescription (pour les personnes malvoyantes et aveugles) et pictogrammes (informations pour les personnes porteuse d’une déficience mentale), traduction en langue française et langue des signes lors des rencontres avec différents réalisateurs ou acteurs.

Pour assurer la sécurité de nous tous, nous devrons présenter notre “Security Pass Ticket” et notre carte d’identité, le port du masque n’étant pas obligatoire.

Yves Calbert.